Entretien

Entretien Afrik’Sports magazine avec Gianni Merlo, le président de l’Association Internationale de la Presse Sportive (AIPS)

Le Président de l’AIPS Gianni Merlo à propos de l’AIPS E-Collège : « l’objectif principal de ce programme est d’aider les collègues journalistes sportifs d’avoir les compétences nécessaires pour combattre ou pour venir à bout des problèmes que le journaliste sportif rencontre de nos jours »
Date de la création de l’AIPS, les objectifs de la formation AIPS E-Collège, les rapports entre l’AIPS et les instances internationales du sport etc. Le président de l’Association Internationale de la Presse Sportive (AIPS), toujours prêt à aider ses collègues journalistes, livre sa vision à notre rédaction.
Pourquoi vous avez initié cette formation ?
Gianni : On a lancé ce programme par ce que j’estime en tant qu’organisation internationale de presse sportive, nous devons promouvoir la culture au niveau de la presse sportive. C’est un investissement très important spécialement dans des moments difficiles comme celles que nous vivons actuellement.
L’AIPS existe depuis combien d’année ?
Gianni : L’AIPS a été créée à Paris en 1924, deux jours avant les jeux olympiques de 1924 donc c’est une association qui est vraiment vieille. L’AIPS est aujourd’hui là pour lutter, pour défendre la profession, pour défendre le journalisme sportif.
Quels sont les objectifs de cette formation AIPS E-Collège ?
Gianni : L’objectif principal de ce programme est d’aider les jeunes collègues journalistes sportifs, pas seulement les jeunes mais tous les collègues journalistes sportifs d’avoir les compétences nécessaires pour combattre ou pour venir à bout des problèmes que le journaliste sportif rencontre de nos jours. Cette initiative vise à aider, à avoir un esprit ouvert par ce que le fait de rassembler autant de pays dans ce programme-là permet un échange entre reporter, une interconnexion et c’est important actuellement dans profession.
Quels sont les rapports entre l’AIPS et les instances internationales du sport ?
Gianni : Nos rapports avec les organisations internationales du sport sont de très bon rapport, on a des rapports cordiaux, on échange souvent, on est présent dans les grands évènements sportifs, on échange également sur les questions qui touchent la couverture médiatique de ces évènements pour que ça soit bien, également on est respecté par ses organisations internationales donc ce n’est pas seulement un rapport de travail mais également de respect et on discute avec eux sur des questions cruciales qui ont rapport avec le journalisme.
Quels sont vos projets pour les journalistes du continent africain ?
Gianni : Ce que l’AIPS fait pour les journalistes africains, l’AIPS E-Collège en est un exemple pour ce que l’AIPS fait pour les jeunes donc c’est un programme de formation pour les jeunes et en plus de ça AIPS E-Collège, on a les programmes jeunes reporters de l’AIPS qui sont des programmes de couvertures médiatiques par des jeunes reporters à travers le monde de grands évènement. Je cite comme exemple, Diacounda Sene qui a été jeune reporter de l’AIPS en 2011 dans une manifestation sportive qui était les universiades de Tchien Zen en Chine ; Donc ce que l’AIPS, ce qu’il sélectionne des jeunes de partout dans le monde qu’ils regroupent pour une cession de formation en théorie et les amènent sur le terrain, voir, être en contact vers le monde des grands évènements sportifs afin qu’ils puissent avoir une grande culture sportive et qu’ils puissent s’ouvrir au monde entier et ainsi augmenter leurs compétences et leurs expériences dans la couverture médiatique donc Diacounda est le produit pure du programme des jeunes reporters de l’AIPS.

Propos recueillis et transcrits par Bréhima Traoré

Partagez...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter