Entretien

Auteur du Livre « Le football, passion ivoirienne… », Bernard Gourmelen a accordé un entretien à Afrik’Sports Magazine

Afrik’Sports Magazine : Qui est Bernard Gourmelen ?

Bernard Gourmelen : Je suis un retraité (70 ans) et j’ai occupé durant 35 années des fonctions de formateur et d’ingénieur de formation
Afrik’Sports Magazine : Votre parcours sportif ?

BG: Durant ce même temps, j’ai participé comme bénévole à la vie de club de football amateur comme éducateur, entraîneur mais aussi président ou secrétaire.
J’ai aussi été observateur pour le club professionnel de l’AJ Auxerre pour le recrutement des jeunes footballeurs sur la région du grand Ouest de la France.

Afrik’Sports Magazine : Parlez-nous de votre Livre.

BG: Ce livre est né par hasard lorsqu’on m’a demandé de relater mon voyage effectué en 2019 en Côte d’Ivoire, notamment au village de Mahibouo (situé à proximité de Gagnoa) et surtout ce que j’avais vécu et ressenti lors des festivités organisées dans ce village pour notre venue (j’y étais avec un ami qui découvrait tout alors que personnellement il s’agissait de mon 3e voyage).
Ce reportage est passé sur un site en France. Puis par les réseaux, j’ai contacté des jeunes ivoiriens pour réaliser leurs interviews lors de mon voyage en début 2020.
J’ai donc proposé d’autres reportages et entretiens à ce même site en mal alors d’actualités pour raisons de restrictions sanitaires liées à la pandémie que l’on connaît. Puis, j’ai poursuivi mes investigations pour finir par en faire un livre.

Afrik’Sports Magazine : Pourquoi votre choix s’est porté sur la Côte d’Ivoire ?

BG: Quant au choix, cela n’en est pas réellement un, j’ai profité de déplacements pour tourisme puis pour un projet de solidarité international pour observer ce qui se passait. Il me faut préciser qu’il s’agit du 2e ouvrage réalisé à partir d’un travail d’observation après celui sur l’économie informelle « Petits métiers pour grands services dans la ville africaine », chez le même éditeur.
Afrik’Sports Magazine : La date de l’apparition du livre et la maison d’édition…
BG : Le livre est paru depuis le 22 décembre 2020, aux éditions L’Harmattan à Paris et il est inscrit au catalogue de L’Harmattan Côte d’Ivoire depuis la mi-janvier.

Afrik’Sports Magazine : Pourquoi avez-vous choisi comme titre « le football, passion ivoirienne » ?

BG : Le titre était au départ « le football, passions ivoiriennes »…après échange avec le concepteur du livre, nous avons enlevé les « s ». Au départ mon idée était de mettre football et passion en liens et comme cela se déroule en Côte d’Ivoire, ce n’était pas difficile en trois mots de trouver le titre.

Afrik’Sports Magazine : Votre regard sur le football africain

BG : Le football africain est une mine d’or tant il y a de pépites et de talents chez les jeunes qui ne jouent qu’à cela, ne pensent qu’à cela avec un environnement sportif et familial qui y voit que la réussite du petit « cacao » comme l’a si bien écrit Adam Khalil dans la préface du livre. Après, il n’y a qu’à observer les équipes professionnelles au plus haut niveau pour y voir une multitude de joueurs africains ou issus de l’Afrique.

Afrik’Sports Magazine : Peut-on en savoir sur votre avant dernier ouvrage, le Mouvement football progrès et la revue de Contre Pieds ?
BG : Bien sûr ! avec un ami Lorientais qui a été comme moi adhérent du Mouvement Football progrès, nous avions conservé quelques archives de cette « aventure » qui a été, en somme, une révolte des footballeurs bretons d’abord face à l’obligation pour des clubs d’un certain niveau d’avoir un entraîneur diplômé et payé… on était dans les années après Mai 68, et certains footballeurs amateurs avaient envie de retrouver une certaine liberté de jouer, une certaine conception du jeu offensif mais aussi de gestion différente où au club on ne venait pas que pour consommer du football mais aussi pour participer et vivre ensemble…

Afrik’Sports Magazine : Votre regard sur l’actualité du football ivoirien

BG : Je ne permettrais pas de porter un jugement quelconque vu que je suis du continent européen, mais je trouve bien dommage qu’on ne retrouve pas cet air de liberté que l’on constate au quotidien dans le jeu pratiqué par l’équipe des Eléphants de CI, entraînées bien trop souvent par des coaches qui reproduisent le jeu européen basé sur des options défensives, où seule la victoire importe quelle qu’en soit son prix au détriment du jeu et du plaisir de jouer…

Afrik’Sports Magazine : Votre mot de fin ?

BG: Mon but était de présenter le football sous un aspect humain, d’où les reportages et les entretiens avec les acteurs de terrain, dans un pays d’Afrique comme un retour aux sources aux valeurs de base de ce jeu : partout je n’ai vu que passion et scènes de liesse avec de grands sourires sur les visages…

Une leçon que devrait retenir un pays comme la France où à force d’éliminer les aspects informels on met de la contrainte partout. Ce qui n’est pas le cas en Côte d’Ivoire où le football informel laisse de la place à l’improvisation dans le jeu et au plaisir d’abord : je vais jouer avec mes potes !

Entretien mené par Charles Zahe.

Partagez...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter

Comment here