judo

Abakar Djermah Aumi sur les problèmes du judo africain : « nous avons manqué de flair »

Ex-directeur sportif de l’Union africaine de judo, l’actuel président du Comité Olympique et Sportif Tchadien Abakar Djermah Aumi jouit d’une immense expérience dans les plus hautes instances du judo africain. Il n’a jamais caché son souhait de voir la discipline prospérer dans le continent, et ses judokas briller à l’échelle internationale. Mais force est de constater que c’est un chantier titanesque, qui l’attend s’il se fait élire président de l’Union Africaine de Judo le 18 mai prochain. Le Tchadien fustige la propension des dirigeants africains des instances en charge du judo, à calquer aveuglement le modèle occidental, alors que cette stratégie s’avère finalement défectueuse car étant en déphasage avec les réalités de contre continent. Il préconise du coup un changement de logiciel.
« Si le judo africain a du retard par rapport à celui pratiqué dans d’autres continents, c’est parce que nous manquons de flair, nous avons omis les stratégies africaines et nous avons voulu adapter les stratégies qui marchent dans d’autres continents pensant que ce sont des panacées pour résoudre les problèmes du judo africain. Aujourd’hui il est clair après plus de cinquante ans de constater que ce choix n’est pas le bon », a noté le président de la Fédération Tchadienne de Judo au cours d’un point de presse. Après il a proposé quelques pistes pour relever le niveau de ce sport en Afrique, incitant notamment les Etats et les fédérations à convoyer ensemble.
« Certes il faut savoir que les pays occidentaux sont arrivés aujourd’hui à un financement, à une mobilisation dans le sport, dans le secteur privé. Il faut comprendre aussi que demi-siècle avant cela, la force du sport même en occident c’était l’Etat. Or si en Afrique si nous ne prenons pas conscience que nous pouvons rattraper ce retard en travaillant en étroite collaboration avec nos Etats, en impliquant nos Etats dans les investissements du sport dans nos pays respectifs, nous ne pourrons pas développer notre judo», a martelé l’ancien judokas.

Hamiss Mba Amadou

Partagez...
Share on Facebook
Facebook
Tweet about this on Twitter
Twitter